Type et date de soutenanceSoutenance de thèse

Masques de bois et corps de sang. La transmission du théâtre masqué wayang topèng en temps de Covid (île de Java, Indonésie)

Clara Gilbert

Résumé :

,

Les dynamiques de transmission du théâtre dansé et masqué wayang topèng sur l’île de Java en Indonésie ont varié au cours du temps. Attesté dès le XIIIe siècle à Java Est dans la région de Kediri, ce théâtre met en scène le récit initiatique des histoires de Panji par le biais de danseurs masqués évoluant au son d’un gamelan. À Yogyakarta, le wayang topèng est associé à des pratiques rituelles nommées kejawèn qui combinent héritage hindou-bouddhique et tradition soufie. L’activité des troupes été soumise aux pressions religieuses et à la succession des pouvoirs en place depuis l’islamisation de Java au XVIe siècle. Outre le régime autoritaire de « l’Ordre nouveau » (Order Baru) (1966-1998) et la chute de Suharto, la pandémie de coronavirus (Covid-19 - 2020-2022) a elle aussi modifié les modalités d’apprentissage et de diffusion de cette forme d’art dramatique.  Face à ces recompositions au gré de l’histoire, comment le wayang topèng est-il transmis et pratiqué aujourd’hui au sein des communautés kejawèn à Java Centre ? L’anthropologie de la danse est mobilisée au sein d’un travail d’ethnographie participante au sein de deux associations de danse, Kridha Beksa Wirama et Yayasan Pamulangan Beksa Sasminta Mardawa. La recherche montre que les crises du wayang topèng à la période contemporaine se traduisent par une rupture de transmission entre les générations de maîtres et d’élèves et par l’avènement de nouvelles formes d’apprentissage associées aux pratiques numériques. Toutefois, la promotion touristique du théâtre masqué, encouragée par le Ministère de la Culture et du Tourisme indonésien durant la crise sanitaire, s’accompagne d’une réinvention des formes anciennes. Ainsi, la digitalisation des formes dansées, l’industrie touristique et la logique marchande contribuent désormais au renouvellement du wayang topèng dans un nouveau cadre spirituel.

,

Jury

,
    ,
  • Mme Dana Rappoport (Directrice de thèse), CNRS
  • ,
  • M. Andrea Acri, EPHE
  • ,
  • M. Jean-Michel Beaudet, Université Paris Nanterre
  • ,
  • M. Jean-Marc De Grave, Université de Tours
  • ,
  • M. Michael Houseman, EPHE
  • ,
  • M. Denis Laborde, EHESS
  • ,
  • Mme Katell Morand, Université Paris Nanterre
  • ,