Membres | Membres statutaires

Bénédicte Brac de la Perrière

Chercheur CNRS - Chercheur statutaire
Membre statutaire
Discipline : Ethnologie

Coordonnées professionnelles

brac[at]cnrs.fr

Médaille de bronze 1992 du CNRS.

Habilitée à diriger des recherches à l’EHESS (juin 2009)

 

 

FORMATION & PARCOURS PROFESSIONNEL

Formation

  • 1975-1977 - DEUG de sociologie à Lyon II.
  • 1977-1979 - Maîtrise d’anthropologie sociale, Université René Descartes, Paris V.
  • 1977-1982 - Etudes de birman à l’INALCO ; Diplôme de recherches et d’études appliquées en birman, Les rapports administratifs d’un district irrigué de Birmanie, mémoire sous la direction de Mme Bernot.
  • 1981-1982 - Etudes de birman à l’université des arts et sciences de Yangon (YAZU), Birmanie et premier terrain dans la banlieue de Yangon.
  • 1984 - Doctorat d’anthropologie sociale, EHESS ; Une communauté urbaine de Basse Birmanie, thèse sous la direction de Mme Bernot avec, comme membres du jury, Mr. Condominas et Mlle Giteau, mention TB.
  • 1986-1989 - Etudes de bengali à l’INALCO.

DOMAINES DE RECHERCHE

Mes travaux qui ont pour cadre la Birmanie, ont pour objectif général l’analyse des modèles culturels qui fondent la société birmane.

Les Birmans ont été très peu étudiés par l’anthropologie, mises à part les exceptions notables que représentent les travaux des deux américains, M. Nash et M. Spiro, dont les recherches de terrain sont antérieures à 1962, et ceux de L. Bernot, E. Leach et F. Lehman, à la marge de la population birmane à strictement parler. L’isolement que les gouvernants ont imposé à leur pays après le coup d’Etat de 1962 a pratiquement interrompu la recherche de terrain des chercheurs étrangers et l’anthropologie est quasi absente des disciplines enseignées en Birmanie. Au début des années 80, lorsque j’ai commencé mes recherches de terrain en Birmanie, les conditions y étaient tout à fait particulières et les jeunes anthropologues s’y essayant rarissimes (deux Français et un Hollandais travaillant à la SOAS). La situation n’a changé qu’après 1988 et ce n’est qu’aujourd’hui que l’on assiste à la naissance d’une anthropologie balbutiante des Birmans.

Après ma thèse qui a porté sur l’urbanisation des Birmans dans une banlieue de Yangon, mes recherches se sont focalisées sur le culte de possession birman qui est adressé au panthéon des « 37 naq ». Ce panthéon réunit les esprits tutélaires des domaines constitutifs des royaumes birmans avant l’effondrement de l’institution royale sous les coups de la colonisation britannique, en 1885. Aujourd’hui, le panthéon de ces esprits est l’objet d’un culte de possession pratiqué très généralement, en même temps que le bouddhisme du Theravada, la religion dominante. Alors qu’il paraissait relever de la marginalité dans ce pays bouddhique, son dynamisme en milieu urbain, sous des formes non encore décrites, me poussa à en entreprendre l’étude. Commençant par une monographie publiée en 1989, j’ai ensuite poursuivi cette étude parce qu’elle présente un double avantage du point de vue de l’ethnographie des Birmans : d’une part, l’observation des cultes et des rituels est possible dans un pays où les limitations à la recherche de terrain restent contraignantes ; d’autre part, le culte des 37 naq fournit un bon angle d’approche pour l’interprétation de cette société complexe, dans la mesure où il couvre les différents niveaux de segmentation sociale en articulant les cultes locaux au culte générla des 37 naq.

Les rares descriptions existant déjà, celles du folkloriste C.Temple, de l’ethnologue M. Spiro et des quelques auteurs birmans qui s’y sont intéressés soit, sont très parcellaires et ne rendant pas compte du culte considéré dans son ensemble, soit n’en fournissent pas d’interprétation sociologique. Elles n’abordent pas non plus l’analyse des rituels riches et complexes, analyse qui forme au contraire le point de départ de mes interprétations. De ce point de vue, mes travaux sur le culte de possession birman sont nouveaux. Ils m’ont permis de traiter de l’articulation entre la localité et les institutions centrales et de la manière dont l’identité birmane s’est constituée à partir de régionalismes ; cette identité reste en définition, et le culte continue à en être un marqueur.

Depuis la monographie de 1989, je me suis attachée, à partir de matériaux de terrains successifs, à analyser les catégories rituelles qui n’avaient pas encore été traitées dans ce premier travail, et notamment, les grands rituels locaux. Des cas atypiques ont été pris en compte pour affiner l’interprétation. Le cycle que forment les rituels locaux en Birmanie centrale a été mis en évidence. L’inscription du culte dans la société globale a été abordée sous différents aspects, celui des formes rituelles, celui des représentations et du système de pensée birman, et enfin, celui de la configuration birmane du politique et du religieux. Ces recherches s’accompagnent d’une réflexion sur la place des cultes de possession de l’Asie bouddhique dans le champ des études sur le chamanisme.

Par la suite,j’ai élargi ma recherche en entreprenant des mises en perspectives systématiques des faits relevant du culte des 37 naq avec ceux relevant d’autres ordres symboliques, bouddhisme, royauté..., de manière à montrer comment les différentes composantes de la religion birmane ne font sens que les unes par rapport aux autres. J’ai notamment poursuivi l’étude de la ritualité birmane, considérée de manière globale, en étudiant la répartition des formes rituelles entre les différents ordres symboliques et en la comparant avec celle des pays voisins relevant aussi du bouddhisme theravadin (Thaïlande, Cambodge, Laos) : cette méthode permet de mettre en valeur des différences significatives et de mieux comprendre la spécificité de la société birmane.

RECHERCHES EN COURS

Confrontée sur mon terrain à des reformulations notables de la configuration religieuse, liées à des évolutions plus générales, politiques, sociales et économiques, j’analyse désormais la manière dont différents spécialistes du religieux, moines, médiums, exorcistes, se positionnent dans ce monde mouvant, les glissements des limites entre domaines de pratiques, les processus de patrimonialisation et de marchandisation... Un autre volet de mes recherches porte sur les questions plus générales de l’appropriation de religions à vocations universalistes par les sociétés d’Asie du Sud-Est et de la constitution du champ religieux.

 GROUPES DE TRAVAIL

  • Local Traditions and World religions - ANR franco-allemande 2011-2013 (co-direction avec Annette Hornbacher)
  • Pratiques rituelles
  • Lieux Puissants

ENSEIGNEMENT, RESPONSABILITÉS ADMINSITRATIVES ET SCIENTIFIFIQUES

Enseignements

  • Anthropologie comparée de l’Asie du Sud-Est continentale, M1-M2, mention AMO EHESS

Responsabilités administratives et scientifiques

  • Animation d’un groupe deréflexion inter-labo sur l’anthropologie comparée des bouddhismes, en collaboration avec Nicolas Silhé

BIBLIOGRAPHIE SELECTIVE

 

2015“Ma Ba Tha. Les trois syllabes du nationalisme religieux birman”, in Asie du Sud-Est 2015, Bangkok, IRASEC: 31-44.

 

2015« The ‘Frying Pan’ Abbot. The Rise and Fall of a Burmese Preaching Monk ». Contemporary Buddhism: An Interdisciplinary Journal, 21p.

 http://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/14639947.2015.1013001#abstract.

 

2015« Possession and Rebirth in Burma (Myanmar) » Contemporary Buddhism : An Interdisciplinary Journal,

http://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/14639947.2015.1013000#abstract.

 

2015 “Religious Donations, Ritual Offerings and Humanitarian Aid: Fields of Practice according to Forms of Giving in Burma”. In Religion Compass 9/11: Comparative anthropology of Buddhist transactions: moving beyond the Maussian terminology of the “gift.” Issue edited by: Nicolas Sihlè, Bénédicte Brac de la Perrière : 386–403.

10.1111/rec3.12187 Wiley Online

  • A paraître - « Initiation in the Burmese Ritual Landscape » Journal of Ethnology and Folkloristics.
  • A paraître - “About Buddhist Burma. Thathana, or “Religion” as social space”. In Encountering religion in Southeast Asia and beyond. Ed. M. Picard
  • A paraître -  “Recevoir les donations religieuses, exorciser, initier: Une journée d’un moine exorciste birman” Ed. Adeline Herrou.
  • 2016 - « Birmanie. Les douzes saisons d’une année électorale. » Asie du Sud-Est 2016, IRASEC : 115-131.
  • 2016 - « Spirit Possession : An autonom Field of Practice in the Burmese Buddhist Culture » Journal of Burma Studies.
  • 2015 - « A generation of monks in the democratic transition». In Egreteau, Renaud, and Robinne, Francois, (eds.) Metamorphosis: Studies in Social and Political Change in Myanmar, Singapore: NUS Press: 320-345.ous Field of Practice in the Burmese Buddhist Culture » Journal of Burma Studies.
  • 2015 - “Religious Donations, Ritual Offerings and Humanitarian Aid: Fields of Practice according to Forms of Giving in Burma”. In Religion Compass 9/11: Comparative anthropology of Buddhist transactions: moving beyond the Maussian terminology of the “gift.” Issue edited by: Nicolas Sihlè, Bénédicte Brac de la Perrière : 386–403. 10.1111/rec3.12187 Wiley Online
  • 2015 - “Ma Ba Tha. Les trois syllabes du nationalisme religieux birmans”, in Asie du Sud-Est 2015, Bangkok, IRASEC: 31-44.
  • 2015 - « The ‘Frying Pan’ Abbot. The Rise and Fall of a Burmese Preaching Monk”. Contemporary Buddhism: An Interdisciplinary Journalhttp://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/14639947.2015.1013001#abstract.
  • 2015 - « Possession and Rebirth in Burma (Myanmar) » Contemporary Buddhism : An Interdisciplinary Journal, http://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/14639947.2015.1013000#abstract.
  • 2014 - « A Woman of Mediation » in Burmese Lives. Ordinary Life Stories Under the Burmese Regime, edited by Wen-Chin Chang & Tagliacozzo Eric, Oxford University Press, 71-83.
  • 2014 - « Les représentations de naq en Birmanie comme vecteur d’intégration culturelle » avec Maxime Boutry, in Ethnocentrisme et création. Sous la direction de Anne Dupuis avec la collaboration de Jacques Ivanoff, FMSH : 323-348.
  • 2014 - “Expériences des mondes spirituels et savoirs en Birmanie: la place de l’ethnographe” Moussons 23 : 81-100.
  • 2014 - “Spirits versus Weikza: Two Competing Ways of Mediation”, in Champions of Buddhism. Weikza Cults in Contemporary Burma. Eds. Bénédicte Brac de la Perrière, Guillaume Rozenberg, and Alicia Turner, NUS Press Singapore : 54-79.
  • 2014 - “La question religieuse dans la Birmanie en transition”, Asies.Visions 73, publication en ligne IFRI Centre Asie, Novembre 2014, 28 p. http://www.ifri.org/fr/publications/enotes/asie-visions/question-religieuse-birmanie-transition
  • 2013 - “La nuit de l’énergie birmane. Ou la transmutation des simples en remèdes souverains » D’une anthropologie du chamanisme vers une anthropologie du croire,  Hommage à l’œuvre de Roberte Hamayon, sous la direction de K. Buffetrille, J.-L. Lambert, N. Luca et A. de Sales, EPHE, 451-463.
  • 2011 - « Une femme de médiation : portrait en quatre prises de vue. » Portraits, Esquisses anthropographiques, Coordonné par J. Massard-Vincent, S. Gamelin, C. Jungen, Paris, Edition Petra : 139-154.
  • 2011 - « Un médium au quai Branly. Regards croisés autour d’une ethnographie birmane » in Ethnologues et passeurs de mémoires. Sous la direction de Gaetano Ciarcia, Karthala-MSH-M : 133-151
  • 2011 - « From Weikzahood to Mediumship. How to Master the World in Contemporary Burma” in Religion Kompass, Wiley Online Library.
  • 2011 - « Being a spirit medium in contemporary Burma » in Engaging the Spirit World. Popular Beliefs and Practices in Modern Southeast-Asia, Eds. Kirsten W. Endres & Andrea Lauser, Berghahn Books, Asian Anthropologies 5, New York, Oxford : 163-184.
  • 2010 - "Le scrutin de Nargis. Le cyclone de 2008 en Birmanie" Terrain 54 : 10-27.
  • 2010 - “Quitter le monde pour y prendre sa place. Le noviciat bouddhique en Birmanie » dans Moines et moniales de par le monde. La vie monastique au miroir de la parenté., Adeline Herrou et Gisèle Kraupskopff, Eds., Paris, L’Harmattan : 113-130.
  • 2009 - "Les naq sont là !" Représentation et expérience dans la possession d’esprit birmane" Archives de Sciences Sociales des Religions 145 (janvier-mars 2009) : 33-50.
  • 2009 - Sur les rives de l’Irrawaddy. Un Essai d’interprétation de la possession d’esprit dans la religion birmane. Thèse d’habilitation soutenue à l’EHESS, juin 2009.
  • 2008-2009 - L’ethnicité reconsidérée : éclairages sud-est asiatiques. Dossier réuni avec Bernard Formoso et Michel Picard, Aséanie, vols 21, 22, 23.
  • 2009 - Power, Authority and Contested Hegemony in Burmese-Myanmar Religion. Hiroko Kawanami & Bénédicte Brac de la Perrière, Guest Editors, Asian Ethnology, vol 68-2.
  • 2007 - « To Marry a Man or a Spirit ? Women, the Spirit Possession Cult and Domination in Burma » Women and the Contested State, Religion, Violence, and Agency in South and Southeast Asia, edited by Monique Skidmore and Patricia Lawrence, University of Notre Dame Press : 208-228.
  • 2006 - « Les rituels de consécration des statues de Bouddha et de naq en Birmanie (Myanmar) » Purushartha 25, Rites hindous, Transferts et Transformations, études réunies par G. Tarabout et G. Colas, Paris, EHESS, 201-236.
  • 2006 - « Le traité des apparences du monde. Analyse des rituels de la royauté birmane d’après un traité du dix-huitième siècle » Les apparences du monde. Royautés hindoues et bouddhiques de l’Asie du Sud et du Sud-Est. Etudes réunies par Bénédicte Brac de la Perrière et Marie-Louise Reiniche, Paris, EFEO, Etudes thématiques 15 : 264-294.
  • 2005 - « The Taungbyon Festival : Locality and Nation Confronting in the Cult of the « 37 Lords » Burma at the Turn of 21st Century, Edited by Monique Skidmore, Honolulu, University of Hawai’i Press : 65-89.
  • 2000 -, "Petite en Myanmar : destin et choix de vie d’une femme birmane", in L’énigme conjugale. Femmes et mariage en Asie. Textes coordonnés par J. Cauquelin, collection Anthropologie, Presses Universitaires Blaise Pascal, 33-50.
  • 2000 - " Bouddhismes et chamanisme en Asie", in La politique des esprits. Chamanismes et religions universalistes, publié par Denise Aigle, Bénédicte Brac de la Perrière et Jean-Pierre Chaumeil, Nanterre, Société d’ethnologie, 17-24.
  • 1998 - "Le ‘roulis de la Dame aux Flancs d’Or’. Une fête de naq atypique en Birmanie centrale", L’Homme, n°146, avril/juin 1998, 47-85.
  • (Birmanie)", Journal des Anthropologues, n°61-62, 41-66.
  • 1996 - "Les naq birmans entre autochtonie et souveraineté", Diogène, n°174, 40-52.
  • 1995 - "Légendes d’introduction du bouddhisme et zédi dans la capitale du Myanmar
  • 1998 - "‘Etre épousée par un naq.’ Les implications du mariage avec l’esprit dans le culte de possession birman (Myanmar)", Anthropologie et Sociétés, vol.22, n°2 : 169-182.
  • 1993 - "La fête de Taunbyon : le grand rituel du culte des naq de Birmanie (Myanmar)", BEFEO, 79.2, pp. 201-232.
  • 1989 - Les rituels de possession en Birmanie : du culte d’Etat aux cérémonies privées : Editions Recherche sur les Civilisations, ADPF, Paris, 227 p. + 15 planches.

Centre Asie du Sud-Est (CASE)

UMR CNRS/EHESS 8170

54 boulevard Raspail
(6e et 7e étages)
75006 Paris

Métro : Saint Sulpice, Saint Placide, Sévres-Babylone

Tél. secrétariat :

33 (0)1 49 54 83 24
Fax : 33 (0)1 49 54 83 25

Courriel : dir.case@ehess.fr

 

Bibliothèque Archipel-CASE 

Maison de l’Asie

22 avenue du Président Wilson, 75116 PARIS

Métro : Iéna, Trocadéro

Tél : 33 (0)1 53 70 18 21
Fax : 33 (0)1 53 70 18 63